// Thierry BRUET rss

Thierry BRUET - curriculum vitae

by Dominique Paris | June 10, 2015

Artiste peintre sculpteur depuis plus de 35 ans, Thierry BRUET est maître dans la technique classique de la peinture à l’huile, la réalisation de grands portraits mondains et d’œuvres monumentales décoratives. On trouve ses œuvres chez de nombreux collectionneurs et dans des endroits prestigieux à travers le monde.

 

EXPOSITIONS :

2014 : Exposition personnelle de peintures SO BRITISH chez TEMPERLEY Mayfair, Londres, Royaume UNI

2014 : Exposition collective au SH Contemporary Art Fair 2014 représentée par la Galerie Steiner Vienne/Autriche à Shanghai, Chine

2013 : Exposition Animalia à CULTUREINSIDE. gallery Luxembourg

2012 : Exposition individuelle : Thierry BRUET. Première. Luxembourg à CULTUREINSIDE. gallery Luxembourg et au Grand Hôtel CRAVAT – L’exposition a été placée sous le haut patronage de S.E. Monsieur Jean-François TERRAL, Ambassadeur de France au Luxembourg

2012 : Exposition collective « Combien ça vaut ? » avec les artistes BEN – BLANCKART – ALBINET à la Galerie TAISS, Paris, France.

2012 : Exposition collective au salon ART FAIR PARIS 2012 représentée par la Galerie TAISS, Paris, France.

2012 : Exposition personnelle de peintures et sculptures dans les vitrines de Didier Ludot, Palais Royal, Paris, France.

2011 : Exposition collective dans la galerie Philippe Guilhem, Megève, France.

2010 : Exposition au salon des Antiquaires et des Galeristes, Pont Alexandre III, Paris, France

2009 : Exposition personnelle de peintures et sculptures à la galerie Chouleur, Nîmes, France.

2008 : Exposition au salon INDEX sous pavillon Français, Dubaï, Emirats Arabes Unis

2008 : Exposition au salon des Antiquaires et des Arts Contemporains, Pont Alexandre III, Paris, France

2008 : Exposition au Grand Marché de l’art Contemporain à Bastille & La Défense, Paris, France.

2007 : Exposition au salon des Antiquaires et des Arts Contemporains, Pont Alexandre III, Paris, France

2007 : Exposition personnelle de Sculptures à la galerie « JL Karsenty  » Carré Rive Gauche, Paris, France.

2007 : Exposition de sérigraphies sur aluminium au Grand Marché de l’art Contemporain à Bastille, Paris, France.

2007 : Exposition au salon Maison et Objet coté déco références, Villepinte, France

2006 : Exposition au salon des créateurs et des antiquaires au Trocadéro, Paris, France.

2005 : Exposition collective pour l’association « Artist & Life » à l’Arche de la Défense, Paris, France.

2004 : Exposition personnelle au club privé « Le Cab » Paris, France.

2002 : Exposition personnelle au club privé « Le Pacha » Ibiza, Espagne.

1998 : Exposition personnelle de Pastels à la galerie « Durst » Paris, France.

1997 : Exposition personnelle à la foire internationale de Vancouver, Canada.

1997 : Exposition personnelle à la galerie « JJ Belmont » Londres, Royaume Uni.

1994 : Exposition personnelle au club privé « Les Bains Douches » Paris, France.

1993 : Exposition personnelle à la galerie « JP Lavigne » Paris, France.

1992 : Exposition personnelle sous le patronage du Ministère Français de la Culture, Metz, France.

1990 : Exposition personnelle à l’Institut du Monde Arabe, Paris, France.

1988 : Exposition personnelle de Pastels à la galerie « J Fulcrand » Saint-Tropez, France.

1988 : Exposition personnelle de Pastels au restaurant « Le Doyen » pour la réouverture faite par Mademoiselle Régine, Paris, France.

1987 : Exposition personnelle de Pastels à l’hôtel « Balzac » Paris, France.

1986 : Exposition personnelle à la galerie  « Berger » Bale, Suisse

1985 : Exposition personnelle au Musée « Thiers » sous le patronage de l’institut de France, Paris, France.

1983 : Premier prix du Salon d’Automne, et devenu membre de cette association d’art, Paris, France.

1982 : Première exposition personnelle à la galerie  « Cassina » Paris, France.

 

FRESQUES :

2012 : Commande d’une fresque de 28m x 0.80m pour le restaurant « Les 110 de Taillevent », Paris, France.

2010 : Commande d’une fresque de 17m x 3,50m pour une maison particulière, Lausanne, Suisse.

2009 : Commande d’une fresque sur un paravent de 6m x 2,20m (6 panneaux) pour une maison particulière, Genève, Suisse.

2008 : Commande d’une fresque sur un paravent de 8m x 3,60m (10 panneaux) pour l’hôtel « Four Seasons » Florence, Italie.

2007 : Commande de 2 fresques pour l’hôtel « Four Seasons » Alexandrie, Egypte.

2004 : Fresques et toiles pour l’hôtel « Le chalet du mont d’Arbois » Megève, France.

2004 : Fresques sur les portes d’ascenseurs de l’hôtel « Le chalet du mont d’Arbois » Megève, France.

2001 : Fresque pour une chapelle à la demande du décorateur français Frédéric Mechiche, Lausanne, Suisse.

2000 : Fresque pour la salle à manger d'un particulier à la demande de la décoratrice Française Monique Ferri, place de l'Etoile, Paris, France.

2000 : Fresque pour le hall d'entrée du comédien et humoriste J-M Bigard, avenue Foch, Paris, France.

1999 : Fresque de 8 m x 6 m pour une publicité de « Ferrero Rocher », Paris, France.

1999 : Fresques pour la façade du club « Le Queen », Paris, France.

1999 : Décor pour le spectacle de la comédienne Philomène au Festival d’Avignon, France.

1996 : Fresques et décor de 60 m², résidence de la Princesse de Bahrain, Cannes, France.

1991 : Gravures sur verre, fresques et décor de 250m² du plafond de la Boutique « Henry Bendel », 5ème avenue,

New York, USA.

1991 : Deux fresques pour la résidence du banquier Safra, Sao Paulo, Brésil.

1988 : Fresque pour le hall du Château de Chaumont, France.

 

TOILES :

2011: Commande de 2 toiles pour le Palace parisien « Le Bristol » Paris, France.

2010: Commande de 3 toiles pour l’hôtel « Shangri-La » Paris, France.

2010: Commande d’un diptyque pour l’hôtel « Four Seasons » Londres, Royaume Uni.

2009: Commande d’un triptyque pour une maison particulière au Mozambique, Afrique.

2009 : Commande de 2 Triptyques pour l’hôtel « Four Seasons » Beyrouth, Liban.

2007 : Commande de 6 toiles pour l’hôtel « Four Seasons » Alexandrie, Egypte.

2007 : Commande de 2 toiles pour une maison particulière à Porto, Portugal.

2007 : Commande spéciale d’une toile pour la réception du Polo à Megève, France.

2006 : Commande d’une toile pour le grand Hôtel du lac, Vevey, Suisse.

2006 : Commande de 5 toiles pour une maison particulière à la Trinité sur Mer, France.

2006 : Commande de 2 toiles pour une maison particulière à Deauville, France

2006 : Commande d’une toile pour l’hôtel George V, Paris, France

2005 : Commande d’une toile pour l’hôtel Le Monte Carlo Bay, Monaco.

2005 : Commande d’une toile pour Le club Castel, Paris, France.

2005 : Commande d’une toile pour le restaurant de l’institut Paul Bocuse, Lyon, France.

2004 : Commande spéciale d’une toile de 6m x 5m pour un mariage dans le château du Baron Benjamin de Rothschild

à Prégny, Genève, Suisse.

2004 : Commande d’une toile pour la banque Edmond de Rothschild, Genève, Suisse.

2001 : Commande d’une toile pour l’hôtel « Sofitel » de Londres, Royaume Uni.

2001 : Commande spéciale d'une toile de 140m2, décor pour la fête d'anniversaire de Nadine de Rothschild,

Château de Prégny, Genève, Suisse

1999 : Commande d'une toile 6m x 2m pour l'Hôtel Pulitzer, Amsterdam, Pays Bas.

 

PLAFONDS :

2000 : Décor de 60m² pour le plafond d’un appartement à la demande du décorateur Frédéric. Mechiche, place des Etats-Unis, Paris, France.

1999 : Commande de deux plafonds décoratifs, appartement privé du Prince Jawah, Place de Mexico, Paris, France.

1997 : Décor de 25m² pour le plafond d’un appartement à la demande de la décoratrice Monique Ferri, Parc Monceau, Paris, France.

1995 : Commande d'un décor de 150 m², plafond du Music Hall du Cercle Militaire, Paris, France.

1995 : Commande d'un décor de 800 m², plafond de l'hôtel Méridien à Bahrain, EAU.

1991 : Commande d’un décor de 100m² pour le plafond du palais du Prince Jawah, Riad, Arabie Saoudite.

1986 : Commande d’un décor de 2 plafonds de 100m² pour la résidence du décorateur français Alberto Pinto, Paris.

 

VITRINES :

2011 : Vitrines de Noël, « Galerie F Durst », Paris, France.

2010 : Vitrines de Noël, « Galerie F Durst », Paris, France.

2009 : Vitrines de Noël, « Galerie F Durst », Paris, France.

2008 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

2007 : Vitrines de Noël, « Galerie F Durst », Paris, France.

2006 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

2005 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

2004 : Vitrines du joaillier « Lalaounis » pour les jeux olympiques 2004, Paris, Londres, Athènes.

2003 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

2002 : Vitrines de Noël de la boutique "Les Folies d'Elodie", Paris, France.

1999 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

1997 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

1996 : Vitrines de deux joailleries « Chaput », Paris, France.

1989 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

1987 : Vitrines pour le 150ème anniversaire de la maison  « Hermès », Paris, France

1986 : Vitrines de Noël, « Hermès », Paris, France.

 

PORTRAITS :

2011 : Portrait collectif de la Famille De GUNZBURG, Megève, France.

2011 : Portraits de monsieur Paul Bocuse et de Monsieur Gérard Pelisson, Lyon, France.

2011 : Portrait collectif de tous les collaborateurs d’une société de gestion de portefeuille  « MONTSEGUR FINANCE », Paris, France.

2009 : Portrait collectif de Monsieur et Madame Dietlin, Paris, France.

2008 : Portrait de César van Duran, Paris, France.

2006 : Portrait collectif de la baronne Benjamin de Rothschild et de ses enfants, Genève, Suisse.

2005 : Portrait collectif du Chef « Joël Robuchon et de ses collaborateurs » pour Las Vegas, USA.

2005 : Portrait collectif de tous les collaborateurs d’une société de gestion de patrimoine, Paris, France.

2003 : Portrait du comte Philippe de Montmarin, Paris, France.

2002 : Deux portraits au pastel pour le château de Baccarat, France.

2001 : Portrait collectif de la Famille Voet, Amsterdam, Hollande.

2000 : Deux portraits pour le restaurant Sofitel, New York, USA.

1994 : Portrait de Patrick Dupont, danseur étoile, Opéra de Paris, France.

1988 : Portraits d'acteurs français (Béatrice Dalle, Stéphane Freiss, Philippe Volter) pour le film de Jacques Deray
" Les Bois noirs ".

1988 : Portraits de Lio et de Christian Vadim pour le film " La jalousie ".

 

BIBLIOGRAPHIE :

- ROOTED – The Première by Frank Shifreen & Gila Paris – CULTUREINSIDE.

- L’art de recevoir à la Française " Institut Paul Bocuse "– Les éditions Flammarion.

- Les secrets du décor juste" Le Grand Hôtel du Lac à Vevey"- Pierre-Yves Rochon architecte d'intérieur– Les éditions    Flammarion.

- Les vitrines Hermès - Contes nomades de Leila Menchari – Imprimerie Nationale.

- Ambiances et décors de Restaurants en Europe – Les éditions du Mécène.

     

Thierry BRUET - Article de Nathalie Becker

by Dominique Paris | June 10, 2015

Thierry Bruet met en dialogue les grands maîtres.

Fidèle à la CultureInside gallery, l’artiste parisien Thierry Bruet revient pour la seconde fois nous présenter ses huiles exceptionnelles à la maîtrise technique ébouriffante. Non seulement le peintre manie le pinceau avec le talent d'un maître ancien mais il est également doté d’un esprit très fin et d'un humour corrosif.

Thierry Bruet, qui est de la trempe des créateurs transgressifs, affectionne dans sa facture à user de la satire afin de nous démontrer que l'art contemporain est un miroir de notre monde en déliquescence. En effet, souvent il se fait champ où l'on dénonce, où l'on se moque de la société de consommation, où l'on déboulonne le pouvoir, où l’on narre toute l'absurdité de notre piètre condition humaine. Les événements même les plus tragiques y sont traités avec une certaine légèreté, une douce provocation . Les calembours visuels sont légion, tout comme l'hyperbole ou le grotesque. Mc Carthy ou Yue Minjun s'y attellent avec jubilation.

Nonobstant, il faut raison garder. Derrière cette effervescence créative et débridée de désublimation de l'oeuvre par l’humour se cache, tapie dans l’ombre, la logique capitaliste, celle du marché du divin art qui, d'un coup de liasses de billets verts, peut renverser la manoeuvre. Alors, la pesanteur, le snobisme et l'argent roi parfois foulent aux pieds l’autodérision des artistes, imposent des ridelles et des normes. Thierry Bruet ne se gêne pas justement pour mettre un bon coup de pied dans la fourmilière et à piquer au vif les travers du marché de l’art.

Par exemple, sa géniale et monumentale oeuvre «Les collectionneurs» (2012) nous laisse voir de vieux bourgeois, assis sur un sofa design aux lignes pures, en train d'admirer avec envie, à l’instar des gourmandes devant la vitrine de chez Ladurée, une toile dont nous ne voyons que le revers. Autour d'eux trônent de nombreuses peintures néo-expressionnistes qui nous évoquent la facture de Basquiat. Sur un de ces tableaux, nous lisons «1 million yen » . La morale de Bruet est alors plus qu'éloquente : l’argent sert de mètre-étalon pour évaluer les artistes. 

Humour et élégance

Il est ainsi Bruet, peintre bicéphale qui use allègrement d’ironie, d'un savoureux humour iconoclaste et en même temps fait preuve d'une maîtrise inouïe de la peinture à l'huile, laquelle nimbe ses oeuvres d'un raffinement et d'une élégance à couper le souffle.Dans les espaces de la Culture InsideGallery et dans ceux de l’hôtel Cravat se déploient des oeuvres où l'artiste assurément nous gâte. Ses nouvelles pièces telles la «Dora Desnuda», «Callipyge», le sublime et mortifère «Chaos» ou l'ancillaire «Grande lessive», sont de jubilatoires revisitations d’oeuvres iconiques de grands maîtres. Des confrontations incongrues aussi belles que la rencontre fortuite sur une table de dissection d'un parapluie et d’une machine à coudre pour citer Lautréamont. La «Maja Desnuda» de Goya devient Dora Maar au visage picassien.

Il n'hésite pas non plus à investir le champ pictural du somptueux nu au divan de Boucher pour une mise en abyme, un tableau dans le tableau qui nous laisse voir le corps pléthorique du personnageféminin des «Bénéfices du Sommeil» de Lucian Freud. Dans «Chaos», c'est au Guernica de Picasso de veiller sur un charnier alors que le «Balcon» de Manet est prétexte dans la «Grande Lessive» à un étendage de sous-vêtements où souffle un léger vent Pop-art. Rembrandt quant à lui pose dans son atelier où trône le triptyque de l'homme qui rit de Yue Minjun. Ailleurs, «Les demoiselles d'Avignon» de Picasso deviennent celles de Toulouse…Lautrec.

En somme, ces confrontations anachroniques ont quelque chose d'absolument euphorisant. Non seulement Thierry Bruet nous démontre sa belle technique mais il nous livre des oeuvres attachantes, drolatiques dans lesquelles il est souvent question de la fatuité, de l'orgueil mal placé, de la bêtise et de la vanité de l'existence humaine. Indubitablement, l’artiste aime à titiller nos petits et grands travers en puisant ses références dans l'histoire de l’art. Cependant, ses emprunts et ses confrontations sont à appréhender comme un hommage plein d'empathie aux maîtres anciens.

Nathalie Becker, Luxemburger Wort, 2 juin 2015 

Thierry BRUET - Article de Giulio-Enrico Pisani

by Dominique Paris | June 10, 2015

View the artworks of Thierry BRUET >

Thierry Bruet : un académique... divertimento !

Madame Gila Paris, la directrice de la Cultureinside. gallery (1), qui nous présente jusqu’au 4 juillet les tableaux du peintre français Thierry Bruet dans son exposition « Seconde. Luxembourg ». (...) l’avantage avec des artistes comme Thierry Bruet, c’est qu’ils passent rarement inaperçus et que, non seulement la qualité de leur travail et l’originalité de leurs mises-en-scène picturales, mais aussi et surtout leur iconoclastie, les rendent incontournables et salutaires en ces temps de mièvrerie consensuelle. C’est à dire qu’en fuyant l’académisme obtus et la banalité omniprésente on finit tôt ou tard par tomber sur eux.

J’apprends en outre sur le site d’« Art Lubéron » que, né à Paris en 1949, Thierry Bruet est artiste peintre, sculpteur et décorateur depuis plus de 35 ans... En fait, il semblerait que notre artiste ait attrapé le virus de l’art bien plus tôt qu’il y a 35 ans. Ce n’est après tout pas la vente de l’art, mais sa création, qui fait l’artiste. Son interview avec le journaliste Bernard Pace pour le magazine The Best (n° 71 décembre 2008) est significative à cet égard. Je cite : « ... lorsque j’avais six ou sept ans, je faisais plein de choses, comme une maquette d’opéra avec des personnages ou des sculptures en papier mâché. C’est ma tante, la sœur de ma mère, qui était une grande graphiste et une amie du peintre Georges Mathieu, qui m’a donné le goût de la peinture. (Devenu adulte et) (...) architecte de formation (, ...) j’ai exercé ce métier pendant huit ans. Au début je ne savais pas que les tableaux que je faisais pouvaient se vendre, et j’ai été pris par la peinture avec passion... »

Voilà qui nous a tant soit peu permis d’esquisser les contours de ce personnage à la créativité peu commune ! Mais il est temps de l’aborder, son art... du moins en guise de mise en train, car rien ne vaut le regard personnel, fatalement subjectif, de tout un chacun sur une œuvre aussi atypique que fascinante. Reposant en bonne partie sur une vaste et profonde connaissance de ses grands prédécesseurs, le travail de Thierry Bruet ne se contente pas d’y puiser son inspiration comme tout artiste sérieux et ce, qu’il en soit conscient ou moins. Non, sa peinture, que l’ont peut qualifier en gros de figurative expressionniste, intègre les œuvres des grands maîtres dans ses créations, les copie en partie, les modifie parfois et en transforme en quelque sorte le contenu en canevas de ses propres tableaux. Mais contrairement à un Roger Suraud dont la peinture s’approprie les créations des Anciens pour les intégrer dans une imagerie surréaliste baroque hors du temps, Thierry Bruet – aussi réaliste qu’à première vue classique – les ramène nolens volens dans notre espace-temps contemporain. Certes, le procédé pourra paraître à d’aucuns esthétiquement violent, voire iconoclaste ; le fait étant qu’il exige du spectateur une certaine souplesse d’esprit, ainsi que l’intelligence de l’humour.

L’humour de ce « caricaturiste » n’est cependant jamais caricatural. Il peut en fait être aussi bien satirique que cocasse, caustique que léger, corrosif ou sombre, voire exceptionnellement noir, comme dans « Chaos », tragique contraposition du Guernica de Picasso avec une macabre vision digne d’un enfer dantesque vu à la Doré. Ici, il n’est plus du tout question d’humour : c’est l’exception qui confirme la règle. Mais en a-t-il seulement une, de règle ? Il peut aussi bien nous montrer dans sa « Dora desnuda » la Maja nue de Goya parée d’une tête et de bras façon pseudo-picassienne, ou une variante de l’Infante Maria Margarita de Velázquez présentant un portrait d’elle-même entièrement pseudo-picassien celui-là. C’est toutefois sur une vaste toile de 2 x 2 m qu’il nous présente l’un de ses plus drolatiques et cacophoniques pots-pourris. Ce tableau, intitulé « Les demoiselles de Toulouse » est en fait inspiré de L’Atelier du peintre de Gustave Courbet. Mais c’est Toulouse Lautrec qui pose, solennellement, le nez bachique, sur le tabouret du peintre, entouré de plantureuses dames de petite vertu format Fernando Botero aussi nues que « Les demoiselles d’Avignon » de Picasso qui forment le fond de la scène.

Je pourrais bien-entendu vous en citer beaucoup d’autres, comme « Olympio de Bruet », la caricature de célèbre nu, Olympia de Manet, devenue masculine, ou bien cette cocasse satire d’une famille bourgeoise qu’est « La grande lessive » inspirée par Le balcon, encore de Manet, etc., etc.. Cela justifierait au moins les nombreuses notes dont j’ai noirci mon carnet. Mais il n’est pas question de vous énumérer ici tous les tableaux de l’exposition, que ce soit rue Notre Dame ou à l’hôtel Cravat. L’espace rédactionnel dont je dispose m’oblige de toute façon à vous en laisser la surprise... La surprise et l’émerveillement en prime, car une expo Thierry Bruet ajoute à l’amusement d’une promenade para-muséale satirico-pittoresque un authentique survol d’histoire de l’art moins fatigante pour les jambes que les allées des musées du Louvre, d’Orsay et autres haut-lieux d’art.

On peut bien sûr regretter – c’est le bémol du genre – qu’une telle exposition ne vous permette de découvrir qu’un minuscule fragment de l’intéressante et vaste contribution artistique de Thierry Bruet à l’art contemporain. Vous voulez que je vous en esquisse un ordre de grandeur ? Résumons donc ! Outre ses 35 expositions de par le monde depuis 1982, il a honoré depuis les années 1986-88 des commandes pour 3 douzaines de toiles, diptyques et triptyques inclus, plus 17 portraits, les décors d’une dizaine de plafonds pouvant atteindre les 800 m2, ainsi que la décoration de 16 vitrines (surtout à l’occasion de Noël). Et je ne compte ni ses sculptures, ni les réalisations faites pour son plaisir. Et ensuite, bonne promenade rue Notre Dame !

Giulio-Enrico Pisani - Zeitung Vum Lëtzebuerger Vollek, 2 juin 2015

(1) CULTUREINSIDE. gallery, 8 rue Notre-Dame, L-2240 Luxembourg / Europe

View the artworks of Thierry BRUET >