Adam MARTINAKIS - Article de Giulio-Enrico Pisani, Luxembourg

by Gila Paris | April 26, 2015

View the artworks of Adam MARTINAKIS >

Exposition solo d'Adam MARTINAKIS : UNIVERS PARALLÈLES

Certes, les expositions collectives, où l’on présente de nombreux artistes, ont l’avantage d’en faire connaître davantage au cours d’une même visite. Mais comment vraiment apprécier chacun d’en­tre eux ? Comment approfondir la vision de chacun, l’esprit de son travail, l’âme de son art, quand dessin, peinture, photographie ou composition digitale se côtoient en une sorte de concurrence cacophonique confrontant l’incomparable et poussant le visiteur à être simple passant ? Imaginez donc mon plaisir, amis lecteurs, lorsque Madame Gila Paris, la directrice de la Cultureinside.gallery, m’invita à ce vernissage solo. Plaisir qui se mua en une joie profonde, lorsque je vis que l’artiste exposé n’était autre que le génial Adam Martinakis, dont j’avais pu admirer il y a cinq ans quatre compositions digitales exceptionnelles. Je pense à «Crystal Nightmare», symbiose et interpénétration entre un nu féminin et les carreaux d’un palais de verre surréaliste, ou «Blurred» où l’homme se bat contre l’architecture (autoportrait, symbole ?), ou «Where is Love ?», intérieur d’immeuble fou incluant un homme nu dans sa folie...

J’écrivis à l’époque «Espérons que ce jeune prodige et déjà grand artiste garde un bon souvenir du Luxembourg (...) et nous présente un de ces jours une exposition en solo...». Cinq longues années, et dire que j’avais failli l’oublier, pendant que son «confrère» Giacomo Costa, cet autre magnifique graphiste et peintre digital, ne cessait d’exposer chez nous. Le digital ! Oui, mais la comparaison s’arrête là. Lorsque Costa s’est rendu célèbre par ses grandioses paysages urbains et industriels post-apocalyptiques dont l’être humain est exclu, chez Martinakis tout tourne autour de l’être humain. C’est autour de l’homme et de la femme qu’il conçoit et réalise ses oeuvres et affirme construire son travail comme «un mélange de futurisme post-imaginaire et de symbolisme abstrait». Quant à moi, je pense que ses créations tiennent moins d’un symbolisme abstrait que surréaliste, voire transréaliste, ou même uchronique ». L’art digital permet de donner vie à des mécanismes de création illimités. L’artiste explore sans cesse l’inconnu, la lumière, les ténèbres... Propose-t-il une passerelle entre matière et esprit, vivant et absent, personnel et universel ?

Artiste visionnaire, féru de numérique et de nouvelles images, il s’est tourné après ses études de design industriel vers l’art numérique. Ses «sculptures» sont des images de synthèse avec un rendu 3D. Elles représentent des ê­tres à la vigueur vulnérable, empreints d’une puissance fragile, d’une énergie qui semble toujours prête à se briser. Conçues en tant que sculptures numériques, elles sont ensuite ramenées par cet avatar de Faust qu’est Martinakis à des projections bidimensionnelles — appelez-les images ou tableaux — où la troisième dimension reste omniprésente, et même la quatrième, sans doute, n’est pas très loin. Projeté sur panneaux Dibond + Diasec, l’univers imaginaire et visionnaire de l’artiste, accroche le spectateur — il n’est plus simple passant curieux dès son entrée dans la galerie — par ses multiples facettes. Chacune d’entre elles projette dans l’espace et par-dessus les distances une autre vision de la créativité de l’artiste, dont les seules limites semblent être l’esthétique, la beauté, l’élégance et l’harmonie des volumes, des formes, des corps et de leurs chorégraphies. Et Martinakis de l’exprimer en quelques mots : «J’imagine l’art comme un pont, une connexion entre l’esprit et la matière, le vivant et l’absent, le particulier et l’universel. Mon but est d’explorer l’inconnu, la lumière et les ténèbres d’une coexistence qui formerait l’horizon évènementiel de la création. Je compose des scènes de ce qui doit encore naître, qui est mort, qui est vivant et qui est absent, immergé dans la métaphysique de la perception».

«Eh bien, voilà qui est ambitieux», me direz-vous : «Se prendrait-il pour un démiurge?» La réponse est non. Il n’en est que l’explorateur qui aspire, grâce aux horizons quasi-illimités de son art, à découvrir tous les univers possibles. Il suffit en effet de plonger sans réserve dans son «Cassandra-complex» pour se voir transporté dans un monde où les adjectifs deviennent dérisoires. Hommes et femmes au corps nu, dignes de Michel-Ange ou d’Antonio Canova, s’y débattent et s’interpénètrent en un ballet de membres aspirés par un futur tragique, dont les mains de Cassandre brisant le mur du présent essaient en vain de les préserver. C’est gé-ni-al !

Presqu’aussi impressionnant : «City men», où quelques hommes minuscules voient leurs semblables format géant essayer de maîtriser, en y pénétrant façon passe-muraille, les constructions d’une cité futuriste. Dans «Golden boy», l’être humain — ici réduit à un torse — hurle sa souffrance façon cri de Munch ; mais semble moins souffrir de la dispersion de son or, que de sa déchirante métamorphose. «Last kiss», le dernier baiser, c’est la tendresse pure tressée en une arachnéenne filigrane de fils évoquant un peu ces sphères virevoltantes qui roulent à travers les déserts d’Amérique du Nord ou de Sibérie6. J’en reste là, car il m’est impossible de détailler ici toutes les œuvres exposées. Chacune est une féerie unique, mais toutes sont extraterrestres, dans la mesure où, poèmes visuels régurgités par son subconscient, puis façonnés et mis en scène par ce magicien du numérique, elles explosent le connu, dépassent le magique et flirtent avec l’inimaginable.

Né à Lubań, en Pologne en 1972, Adam Martinakis émigre en 1982 avec sa mère, polonaise et son père, grec, à Athènes. Là il s’inscrit au TEI, Institut Éducationnel Technologique, où il étudie architecture d’intérieur, arts décoratifs et design industriel. Après son diplôme, il entre aux Beaux-arts à Thessalonique. Mais ses études sont traversées, voire saturées par un énorme travail personnel dans de nombreux autres domaines artistiques. A partir de 2000, il travaille et expérimente sur l’art numérique lato sensu, c’est-à-dire la sculpture et les images digitales en 3 dimensions, l’animation, la vidéo digitale et les nouveaux médias. Aussi se considère-t-il avant et par-dessus tout comme un autodidacte. Mais quel autodidacte ! Car Adam Martinakis a reçu des muses bien plus que l’habileté, qu’un goût très sûr, que du talent, que du savoir-faire ; il a été touché par le génie. Membre de la Chambre grecque des Beaux-arts, il a également enseigné l’art et le design digital, le graphisme, la décoration d’intérieur et le design céramique dans de nombreux instituts et écoles d’art. Il vit et travaille en Grèce, en Pologne et au Royaume Uni et expose dans le monde entier. Voilà, amis lecteurs, vous en savez à présent autant que moi. À vous de jouer !  

Giulio-Enrico Pisani - Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek, 19 Décembre 2014

View the artworks of Adam MARTINAKIS >

Share:   Facebook / Twitter